Archives de catégorie : Actualité

Important: AG virtuelle.

Bonjour à toutes et à tous

Comme vous le savez, nous avons décidé, lors de l’Assemblée Générale du 14 décembre dernier, de procéder à une nouvelle AG virtuelle. Celle-ci devrait répondre à trois questions : revoir notre grille de cotisations, entériner le changement d’adresse postale de l’Association (décision par AG obligatoire lorsqu’il y a changement de département), élire un nouveau bureau.

Cette nouvelle AG a été fixée à la date du 9 février par le bureau actuel de l’association. Entre-temps, toute candidature pour le futur bureau sera reçue à notre adresse mail bureau@monotype750.org jusqu’au dimanche 2 février minuit. Cela laissera une semaine aux candidats pour faire connaître leurs objectifs d’action avant le vote s’ils le souhaitent.

L’AG du 9 février sera virtuelle, c’est-à-dire qu’elle aura lieu en ligne. Elle devra répondre aux questions suivantes.

Question 1 : les cotisations. Nous avons estimé à l’AG du 14 décembre que les équipiers ne paieraient à partir de 2020 que 10€ par an. L’objectif est d’encourager les jeunes à venir nous rejoindre avec le minimum de contrainte financière, surtout s’ils ne participent qu’à un nombre limité d’épreuves dans l’année. Dès lors nous avons trois options possibles :

A. 55 € pour les skippers, 10 € pour les équipiers (ce qui baissera probablement les ressources)

B. 65 € pour les skippers, 10 € pour les équipiers (neutre pour les ressources)

C. 80 € pour les skippers, 10 € pour les équipiers (augmentera les ressources)

Nous vous demandons donc de répondre par mail à la question 1 en indiquant la lettre qui correspond à votre vote.

Question 2 : Êtes-vous d’accord pour le changement d’adresse de notre association?

Répondre par oui ou non par mail.

Question 3 : Vote pour l’élection des membres du bureau. La liste des candidats n’étant pas connue à ce jour, il n’est pas possible de la soumettre aux votes. Cette liste sera diffusée aux adhérents le 3 février au matin par le bureau sortant. Vous pourrez attendre jusqu’au 8 à minuit que les candidats fassent connaître (ou non) leurs objectifs et voter par mail le 9. Mais vous pourrez voter par mail à partir du 3 février (jusqu’au 9 à 20h) si vous avez d’ores et déjà fait votre choix sans attendre les professions de foi (éventuelles) des candidats.

Les résultats seront transmis sur le site de l’association par le bureau sortant le 10.

À compter de cette date le nouveau bureau prendra le relais. Il devra commencer par élire en son sein un Pdt, un vice Pdt (éventuellement) ou un secrétaire général, un trésorier.

Tout ceci est un peu formel, mais indispensable pour le fonctionnement de notre association. Merci de le comprendre.

À titre personnel, le bureau sortant serait heureux de voir quelques représentants des flottes de province venir épauler l’équipe parisienne qui gère l’association aujourd’hui.

Amitiés à tous et bons bricolages avant la reprise du 25 avril au CVP.

Compte-rendu d’assemblée générale du 14 décembre 2019 Club Monotypes 7,50 m

Sur convocation, envoyée par le bureau par courrier électronique et relayée sur le site de l’association et sur les réseaux sociaux, l’Assemblée Générale du Club Monotypes 7,50 m s’est réunie le 14 décembre 2019 à partir de 20h au 75, rue de Réaumur, Paris 2e.

À 20 h 30, tous les membres ayant déclaré leur intention de venir étant présents, le président, Loïc deRANCOURT, déclare l’Assemblée Générale ouverte.

Il est rappelé à l’auditoire que, pour des raisons de représentativité géographique, les décisions les plus importantes seront soumises à un vote électronique dans le cadre d’une « AG dématérialisée », organisée en janvier 2020 et auxquels pourront participer tous les membres à jour de leurs cotisations 2019. Seules les décisions techniques seront prises par l’Assemblée générale le soir-même.

Aucune proposition d’amendement à l’ordre du jour proposé par le bureau n’est formulée. L’ordre du jour pour l’Assemblée Générale sera donc :

1. Bilan moral

2. Bilan financier

3. Détermination des cotisations pour l’année 2020

4. Déménagement du siège social

5. Classement des barreurs

6. Programme 2020

7. Renouvellement du bureau

8. Questions diverses

I. Bilan moral

Loïc deRANCOURT, président, expose la situation de l’association. Après cinq années d’un travail formidable, le bureau précédent (Guy PRONIER, Paul VANDAME et Jean-Denis BARGIBANT) a exprimé le besoin de passer la main. Les membres du bureau actuel admettent qu’ils ont pris leurs fonctions fin 2018 tout en sachant que le temps qu’ils auraient à consacrer à l’association serait limité, et en pensant que cela suffirait à assurer son fonctionnement. Hélas, passée une première phase active de quelques mois où des idées ont émergé et où un travail intense avait commencé, ils admettent que leurs contraintes personnelles — grossesses, déménagements, concours — les ont rattrapés plus vite que prévu. Le temps est venu à manquer pour tous, et le président reconnaît n’avoir pas pu coordonner les tâches des autres membres du bureau. Ainsi, plusieurs idées d’innovations envisagées en début d’année sont restées lettre morte, et des erreurs ont été commises, notamment dans la gestion des régates.

L’ensemble du bureau tient à saluer tout particulièrement le travail de l’un de ses membres, Paul-Stéphane MANIER, sans qui la classe des M750 n’aurait pas disposé d’un calendrier de régates pour la saison 2020.

Le président note que la phase de très grand dynamisme qu’a connue la flotte vers 2016–2017 semble avoir pris fin, avec un nombre de bateaux en baisse au national (14 bateaux au départ du national, 15 au Bono). Il estime donc qu’il est nécessaire, pour palier ce phénomène, que quelqu’un ayant davantage de temps à consacrer à l’association, à la motivation des membres et à la promotion des régates, prenne sa suite. Il annonce donc qu’il ne briguera pas un nouveau mandat.

Le bilan moral sera soumis à approbation de la flotte par voie dématérialisée.

II. Bilan financier

Le trésorier, Valentin MELOT, prend la suite de la présentation.

Il a reçu pour l’année 27 cotisations de skippers (dont deux le soir-même de la présentation, ce qui modifie les chiffres présentés) et 13 d’équipiers, pour un total de 1810 €. À ces recettes se sont ajoutées une rétrocession de la banque pour des trop-perçus de l’année précédente. Les recettes de l’association pour l’année s’élèvent donc à 1975 €.

En matière de dépenses, les frais de fonctionnement (banque, informatique) s’élèvent à environ 300 €, mais ils devraient connaître une baisse significative pour 2020. Les postes principaux de dépenses restent la participation aux financements des grutages pour la régate du Bono (420 €) et l’animation du National (achat de goodies, langoustines au départ du second jour, achats divers pour l’organisation de la cérémonie de remise des prix chez un membre de la flotte —total de 1200 €). Il est à noter que les achats ont été surdimensionnés, du fait d’une estimation trop ambitieuse de la participation. Néanmoins la moitié environ des goodies commandés (casquettes aux couleurs de la flotte) ont pu être conservés et pourront être utilisés par la suite. Une note de 90 € d’impayés au restaurant lors d’un repas de la classe est à déplorer. Les dépenses totales de l’association s’élèvent à 2022,11 €.

L’association est donc déficitaire de moins de 50 € sur l’année. Le trésorier signale un faible différentiel (de l’ordre de 10 €) entre ces comptes par objet et la comptabilité de caisse observée sur les relevés de compte, qu’il impute à une erreur lors de la manipulation des paiements pendant la soirée de remise des prix du National, où certains membres ont payé dans le même temps leurs cotisations et leur repas en liquide.

L’association dispose d’une trésorerie de 4744,46 € au 31 décembre 2019, dans laquelle il n’est pas envisagé de puiser.

Le bilan financier sera soumis à approbation de la flotte par voie dématérialisée.

III. Cotisations

Le trésorier rappelle qu’en 2019, la cotisation des skippers était fixée à 55 €, tandis que celle des équipiers était de 25 €. Il constate qu’il est en pratique difficile de faire appliquer la règle selon laquelle tout skipper ou équipier participant à au moins deux régates dans l’année doit être à jour de sa cotisation s’agissant des équipiers, ce qu’il impute à un montant trop élevé. Il propose donc de baisser la cotisation équipier à 10 €, et estime qu’il devrait alors être plus facile d’exiger des équipiers qu’ils participent.

L’Assemblée rappelle qu’en pratique, les cotisations des équipiers sont souvent payées par les skippers.

Plusieurs membres de l’Assemblée suggèrent d’augmenter le montant de la cotisation des skippers pour compenser la baisse de celle des équipiers, en signalant que les effets d’une hausse de la cotisation skipper sont presque indolores. Divers couples de montants sont proposés.

Certains membres proposent même de supprimer la cotisation équipier, et de passer la cotisation skipper à 80 € pour compenser. Le trésorier — qui est lui-même un équipier — rappelle cependant qu’il lui paraît important que des équipiers, se sentant concernés par le fonctionnement de la flotte, puissent être membres de l’association et participer aux Assemblées Générales et, ce faisant, payent une cotisation, même faible.

Une longue discussion s’engage entre certains membres de l’Assemblée et du bureau sur le bénéfice que les membres peuvent retirer de leur adhésion à l’association. En effet, il est noté que pour cette année, une partie significative des dépenses a été concentrée sur deux régates seulement (le Bono et le National), ce qui rendait l’adhésion peu intéressante pour qui ne participait pas à ces régates. Certains membres formulent alors des attentes qu’ils expriment vis-à-vis de la flotte, notamment la possibilité de fournir une assistance accrue aux propriétaires à l’année.

La question de ce que représente le prix de l’adhésion pour les skippers par rapport au coût du bateau à l’année est posée, avec des appréciations divergentes par les propriétaires. L’idée est formulée d’embaucher un salarié, qui se chargerait de la gestion quotidienne de l’association, mais le coût d’une telle mesure apparaît rédhibitoire.

Finalement, les questions au-delà de la seule détermination du montant de la cotisation ne trouvent pas de réponse, mais le président note la demande que l’association puisse, au-delà de la seule organisation des festivités, être plus active dans la communication d’informations pratiques pour les propriétaires.

Il est convenu que plusieurs propositions de montant de cotisation seront soumises au vote électronique de la flotte, à savoir :

– 55 € pour les skippers, 10 € pour les équipiers (ce qui baissera probablement les ressources)

– 65 € pour les skippers, 10 € pour les équipiers (neutre pour les ressources)

– 80 € pour les skippers, 10 € pour les équipiers (augmentera les ressources)

IV. Déménagement du siège social

Le trésorier signale que le siège social de l’association est toujours situé au domicile de l’ancien président, dont celui-ci a déménagé. Néanmoins, pour changer le siège social de département, une modification des statuts est exigée : un accord de l’AG est donc nécessaire.

L’Assemblée Générale donne mandat au bureau pour modifier les statuts afin de déplacer le siège social de l’association dès qu’une nouvelle adresse aura été trouvée.

V. Classement des barreurs

Comme chaque année, le bureau a établi un classement des barreurs se fondant sur les résultats aux régates du calendrier officiel de la saison 2019. Les règles ne sont pas modifiées : pour chaque championnat, un point est attribué au dernier skipper classé, deux à l’avant-dernier, etc. jusqu’au premier. Dans le cas des régates multiflottes, seuls les M750 sont pris en compte. Les points sont attribués aux skippers et non aux coques ou aux équipiers.

Ce mode de classement conduit, ce qui est volontaire, à valoriser la participation à une régate, le fait de monter son propre équipage plutôt que de rejoindre un autre skipper, et le fait de participer en général, mais sanctionne l’absence aux régates les plus fréquentées. Il vaut mieux être classé dernier, ce qui rapporte un point, que ne pas participer à la régate, ce qui n’en rapporte aucun !

Cette année, la participation au Bono pouvait rapporter jusqu’à 15 points ; au National, 14 ; à la coupe de la Mirabelle, 9 ; à la régate d’ouverture et celle du Crouesty, 6 ; et la régate de clôture, 4.

29 skippers sont classés, dont la majorité sont membres de l’association. Le quintette de tête est constitué de : Christian VERNET, cinquième avec 20 points ; Luc LAJOYE, quatrième avec 26 points ; Vincent MANN et Erwan GOURDON, seconds ex-æquo avec 28 points ; et Jean-Denis BARGIBANT, premier avec 29 points ! Le classement détaillé, établi par le bureau, est distribué à l’ensemble des présents, et sera publié sur le site avec le compte-rendu.

VI. Annonce du calendrier 2020

Le président, au nom du bureau dans son ensemble, réitère ses remerciements à l’égard de Paul-Stéphane MANIER, qui a pris en charge la direction de programme pour la saison 2020. Il fait part des difficultés rencontrées dans la détermination de ce calendrier, notamment en ce qui concerne les régates estivales. À cet égard, le bureau signale que de nombreux ports du Morbihan, gérés par le conseil départemental, refusent l’organisation de régates pendant l’été afin de réserver les pontons à la plaisance.

Le calendrier officiel comportera les championnats suivants :

– 25 et 26 avril : régate d’ouverture au CVP (Paris).

– 30 mai au 1er juin : grand prix du Crouesty.

– 19 au 21 juin : rallye sur les courants du Golfe au Bono.

– 11 au 13 juillet : national à La Trinité.

– 13 au 16 août : festival de l’île aux Moines.

– 26 et 27 septembre : coupe des Mirabelles à l’YCM (Metz).

– 24 et 25 octobre : coupe des Châtaignes au SNO (Nantes).

– 7 et 8 novembre : régate de clôture au CVP.

En outre, une participation des M750 est prévue pour trois régates, qui ne comptent toutefois pas parmi le calendrier officiel : le Spi Ouest France à La Trinité (9 – 13 avril), le Bol d’Or à Genève (12 – 13 juin) et le Télégramme à Lorient (18 – 20 septembre). Elles ne seront pas prises en compte pour le classement 2020 des skippers.

Le bureau remercie chaleureusement Anne NORMAND, qui a réalisé l’image utilisée pour le support visuel du calendrier 2020.

VII. Renouvellement du bureau

Le président rappelle en quelques mots les informations qu’il a communiquées lors du bilan moral. Il annonce son intention de ne pas briguer de nouveau mandat, et présente ce qu’il estimerait être le profil du président idéal.

Valentin MELOT, trésorier, signale qu’il prépare cette année le concours d’entrée à l’ÉNA, qu’il ne participera probablement à aucune des régates de la saison 2020 et qu’il ne souhaite pas consacrer de temps à l’association. Il indique toutefois que, dans le cas où personne ne serait candidat au poste de trésorier pour l’année 2020, il pourra conserver ses fonctions, en se limitant au strict fonctionnement financier de l’association.

Sylvie VALENTIN, vice-présidente, Paul-Stéphane MANIER et Éric POUILLAUDE indiquent qu’ils sont en revanche candidats à être reconduits dans leurs fonctions au bureau, mais qu’aucun d’entre eux ne souhaite être président de la classe.

Le président lance un appel aux bonnes volontés, qui accepteraient de consacrer une part de leur temps au fonctionnement de l’association. Il rappelle la nécessité impérieuse pour l’association de disposer d’un président, connaisseur des interlocuteurs usuels de la flotte (clubs de voile locaux, membres…) et capable de coordonner les tâches des membres du bureau.

Répondant à une crainte émise par certains membres de l’Assemblée, le trésorier signale que l’association pourra contracter une assurance en responsabilité civile (quelques dizaines d’euros par an) afin d’assurer qu’aucun risque juridique ne pèsera sur le président.

Un appel à candidatures sera publié, puis un vote électronique visera à élire ou réélire les membres du bureau.

VIII. Questions diverses

Une question a été transmise par un membre de l’association, Luc LAJOYE, absent et excusé. Celle-ci porte sur l’intérêt d’organiser deux épreuves dans un même club (le CVP) et sur les coûts du grutage et de l’inscription des bateaux dans certains clubs. Luc LAJOYE note l’exemple donné par le club de Metz, dont la politique est de ne percevoir aucun frais d’inscription ni de grutage.

Le bureau rappelle qu’il n’est pas responsable des coûts de grutage prélevés par les clubs, et que les clubs hôtes sont choisis en fonction de leur capacité à accueillir les régates. Il signale en particulier que les frais d’inscription et de grutage ne sont pas entrés en compte dans le choix des clubs, mais que ce sont des critères de proximité géographique, d’habitude (pour permettre aux participants de s’héberger plus facilement dans les ports qu’ils connaissent déjà) et de qualité des échanges avec les responsables des clubs-hôtes qui ont présidé ces choix. Il indique que, si le calendrier 2020 est fixé, le choix d’organiser deux épreuves au CVP pourra être revu en 2020, et remercie chaleureusement le yacht club de Metz pour les conditions d’accueil extrêmement favorables qu’il propose.

Diverses discussions sont engagées entre les membres de l’AG, notamment quant aux conditions de l’accueil par le CVP.

L’ordre du jour étant écoulé, l’Assemblée Générale est close à 22 h. Le bureau est chargé de la rédaction du compte-rendu, puis de l’organisation du vote électronique une fois que des candidatures pour le renouvellement du bureau auront été portées à sa connaissance.

Metz ? Fameux port de pêche ! [Par Guy Pronier]

Metz ??!!! Tu vas faire une régate à Metz ?????????  T’es sûr que c’est bien M. E. T. Z ? Ce port de pêche bien connu !!! Son phare !! Ses quais !! Ses marées !! Ses marades plutôt !

Ces blagues, je les ai entendues mille fois de la part de navigateurs qui pensent que la baie de Quiberon est « La Mecque de la voile » et qu’à part ça…

Il est vrai qu’aller à Metz pour régater est une vraie croisière… automobile. 1500 km sur un weekend avec un bateau aux fesses pour tirer des bords sur un plan d’eau de 150 m de large, Ouaouh !! Faut être sacrement motivé. 

Hé bien je n’ai pas peur de le dire : Honte a ceux qui limitent leurs tours de roues avec ces préjugés ! Notre M750 permet de faire des déplacements sans problèmes et même, avec un peu d’habitude, sans avoir l’impression de tirer un bateau. Son gabarit, son poids, sa répartition des masses en fait un vrai partenaire de la voiture.

Coté performances… je me suis assagi (l’âge sans doute). Finis les records plus ou moins répréhensibles.  Il faut juste trouver la bonne cadence pour un bon ratio vitesse / consommation.  Pour moi c’est 120 km /h, 9.5l/ km vent dans le dos et 11.5 avec 30nds dans le nez. C’est pas totalement écolo, mais c’est pas tous les jours non plus !

Et puis il faut avouer qu’on ne passe pas inaperçu avec un tel attelage. Cette fois-ci, c’est à la station-service, en faisant le plein, que j’ai pu le constater. Quatre jeunes et jolies étudiantes polonaises (cheveux blonds, yeux bleus…et tout ce qu’il faut), rentrant des vendanges m’ont supplié de les emmener jusqu’à METZ… dans cet ensemble très inhabituel. « Je suis moniteur de voile dans mon pays, emmenez-moi « .  » C’est quoi ce superbe voilier….  »    » vous allez régater à Metz ?  C’est TOP  » Voilà ! il aura fallu des POLONAISES pour que ce plan d’eau révèle tout son pouvoir de séduction. Tout cela en anglais bien entendu……  La route est passée très vite, de façon sympathique et sans trop alourdir le bilan carbone. Raison de plus, pour faire l’effort. Je rassure Anne quand même… la bienséance a été respectée.    

Vendredi 16h30, 3h après avoir quitté Paris, Bad Boy arrive à Metz. Première sortie à droite après le pont sur la MOSELLE, 5 km plus loin, le village d’OLGY.  Le club est dans un écrin de verdure …. INCROYABLE, Impossible de réaliser qu’on n’est qu’à 7 km de Metz. 

Les « Logeeks » sont déjà là, Patrick Jacques nous suit à 2h, Vincent Mann, membre du CYVM, est rejoint a 17h30 par LUC  pour nous accueillir et nous donner un coup de main pour mater et préparer les jouets.  Ambiance studieuse, au milieu d’un paysage champêtre. 

 Nous démarrons la soirée par une visite du vieux METZ (magnifique). 22h gare, Thierry et Anne descende du TGV…  Cool ! Un petit gâteau, une bonne bouteille et au lit.

Samedi 

Les 6 M750 du club sont tous là (un 100% de participants à méditer)

Tous aident à la mise a l’eau, Puis vont prendre café et petit déj. au club. Quelle mobilisation ….

Au briefing, nous découvrons le plan d’eau, ceux qui suivent attentivement !…

et ceux qui suivent moins , ceux qui s’apprêtent a dévaler la piste noire, ou qui sont déjà une bière a la main

 Trois zones caillouteuses à éviter. La Moselle fait un L qui nous permet, avec l’orientation du vent, de tester toutes les allures avec des zones de transition très tactiques à négocier. Les plans d’eau intérieurs sont là-dessus très formateurs sur les dévents et rebonds sur la rive. Il faut trouver le rythme : 25/30 virements sur 1 mile …. Ça forme au virement bascule et relance. Quatre manches courues entre 13h30 et 17h45, chacune sur des parcours différents.

On voit que la connaissance du plan d’eau par les locaux et l’entrainement payent. La sympathique équipe d’APALALA prend une sérieuse avance au classement général.

Le redoutable et talentueux PATRICK-JACQUES, tenant du titre, pointe son nez sur certaines manches mais qui sont malheureusement (pour lui) compensées par d’autres moins fameuses ayant perdu le rythme des bascules à un moment de la remontée au prés. Nul doute, ce barreur nationalement connu aux plus belles heures du TDFV n’a pas perdu la main.

Toujours La ….. DE LUX et notre ami JOEL , un équipage réunissant 3 générations.  , capable de remontées fantastiques sous spi.

A bord de BAD BOY, le challenge était tout autre …  L’idée était bien sûr de prendre du bon temps et découvrir un nouveau plan d’eau, mais surtout Inverser les rôles : Anne à la barre et moi à la manœuvre.

Ca donne un autre point de vue de la flotte …..

Dommage pour les tabloïds : pas d’abordage, ni d’homme à la rivière ni de tête couronnée blessée (même pas dans leur orgueil), mais des mines réjouies qui se retrouvent le soir autour du feu dans le club house. Apéro puis diner préparés par les membres du club, ici tout est fait maison, pour honorer les visiteurs d’un weekend.

Le kouglof fut arrosé, comme il se doit, de mirabelle et flambé sous la direction de Guy qui jouait les Vulcains, casserole en feu à la main, en faisant le tour des tables.

Pour la suite de la soirée   ……… ce qui se passe à METZ …… reste à METZ.

Les absents n’avaient qu’à venir !………

Le lendemain, 3 manches, courues entre 10 et 13h, ajustées pile poil pour nous laisser le temps de ranger les bateaux avant la pluie. 14h remise des prix et déjeuner (toujours fait maison), avant de démarrer la route à 15h

Que les ronchons chagrins sortent leur courage du placard : nous étions à NANTES à 22h15 après ralentissement parisiens et arrêts ravitaillements essence. Une route sans histoire faite régulièrement par nos amis de METZ pour venir goûter l’eau salée. J’insiste lourdement auprès de ceux qui n’osent pas : notre M750 préféré se transporte facilement, surtout s’il s’agit d’aller régater dans des clubs qui réservent aux visiteurs un accueil aussi chaleureux. Merci à chacun des membres du CYVM. Leur entente, leur souhait de faire plaisir et leur attention permanente pour que nous ne manquions de rien, fait chaud au cœur. Tout cela complété par des marins qui savent naviguer… pas seulement en eau douce. QUEL CLUB ! QUELLE AMBIANCE ! Certains clubs, plus huppés, devraient venir prendre quelques leçons.

Et pour les amateurs de tourisme, prendre une journée de plus pour visiter calmement METZ. Cette ville superbe mérite qu’on y prenne le temps de flâner, nez au vent, loin de la mer, avec ceux que l’on aime.

GUY PRONIER 

BAD BOY

CR GP du Crouesty

La quantité n’y était pas mais la qualité si ! Six M750 avaient fait le déplacement pour ce 31° Grand Prix. Et pour mettre les (relativement) petits plats dans les grands, Jean-Denis Bargibant s’était offert un tacticien de luxe en la personne d’Erwan Gourdon, tous deux épaulés par le meilleur metteur au point du marché : Paul Vandamme ! Bref, il ne fallait pas chercher à bord d’un autre monotype le dominateur commun. Comme le remarquait Jean-Denis à la remise des prix : « ça fait tout drôle d’enlever deux fois une place de premier (sur 9 manches) pour le classement général ». Modeste avec ça !  Et pervers d’ajouter : « le niveau monte en 7,50. Sylvain Pélissier termine dernier » avec un gros clin d’œil car Sylvain a dû abandonner après la première manche (gagnée par JD) pour cause de maladie de son équipière favorite en régate et dans la vie.

Restent les autres. La bagarre fut âpre. Luc Lajoie s’en est bien tiré et a surtout apprécié le cadeau d’anniversaire de ses deux fils : être le temps de ce GP ses équipiers. Laurent Beaurin, lui aussi en équipage familial (ils ont été 4 à bord sur certaines manches) termine sur le podium. Tous deux ont été titillés par Stéphane Manier qui improvisait, en les personnes de Marc Masson et Martin Cautain un nouvel équipage. Enfin Hervé Pouliquen, Nolwen Huet et notre amis Fred Le Guen du Bono n’ont cessé de progresser pour agacer les tableaux-arrières des copains.

Les monotypes 7,50 ont représenté 15% des 40 inscrits (hors voile légère) de ce Grand Prix, la moitié, presque, des inscrits de l’an dernier. Une désaffection générale qui n’a rien à voir avec l’organisation de ce GP, toujours aussi parfaitement millimétrée par le tandem YCCA-SNT. Ni avec les lots et récompenses qui pleuvaient sur les podiums et sur ceux, tirés au sort, qui étaient restés à la distribution des prix (pour info, une VHF, un séjour de vacances d’une semaine, 2 weekends de location de croiseurs, des combinaisons et vêtements divers, arrosés de champagne et de vins fins…). Les raisons sont à chercher ailleurs selon les sociologues qui pointent plutôt les changements de mode de vie de nouvelles générations qui préfèrent les voyages, l’investissement dans les études des enfants et qui accepte de plus en plus difficilement les weekends entre copains du monsieur ou de la dame, pendant que l’autre assure ce qu’il y a à faire à la maison. C’est le défi auquel devra sans doute répondre la classe M750 dans les années à venir.

Enfin il est impossible de faire le compte rendu de cette édition 2019 du « Crouesty » sans évoquer le moment d’émotion qu’a provoqué Max Jacobée, le patron local de la SNSM, en demandant une minute de silence à la mémoire des 3 sauveteurs noyés en intervention aux Sables d’Olonne, au cours de la tempête qui a traversé la région la veille de l’ouverture du GP.

Rendez-vous désormais au National, à La Trinité, les 11, 12 et 13 juillet, pour une belle fête et plein de surprises.

Pour le Bureau, Stéphane Manier.

GP du Crouesty équipiers

Vendredi démarre le GP du Crouesty, et certains n’ont pas encore complété leurs équipages! Équipiers potentiels, merci de vous faire connaître! Par ailleurs notre ami Pierre Escalas qui ne pourra finalement pas courir vous propose la chambre d’hôtel qu’il avait réservée à prix cassé! Luc Lajoye qui a la gentillesse de nous recevoir le samedi soir chez lui aimerait affiner le nombre de convives pour le traiteur… comptez-vous! Merci de nous faire savoir le nombre de participants.

Hâte!

Pour le Bureau, votre dévoué Président.

GP du Crouesty

Bonjour à toutes et tous !


Comme vous le savez le Grand-Prix du Crouesty aura lieu cette année le week-end de la Pentecôte, du 8 au 10 juin. Votre Bureau préféré a négocié pour votre plus grand plaisir la gratuité intégrale de la mise à l’eau de vos bolides par le YCCA . Le lien vers l’avis de course est en dessous, top départ pour les inscriptions !
En espérant vous voir nombreux sur la ligne.

Vaguement, pour le Bureau,

Loïc de Rancourt, Président de l’asso.

https://docs.wixstatic.com/ugd/8b29f8_71969cf649df48079072e931e3c57420.pdf

CR BONO 2019

La trentième…

Trente ans que les férus de monotypie viennent en découdre sur les courants du Golfe. Cette année ce ne sont pas moins de 15 bateaux qui seront venus tremper leur quille dans le court-bouillon du rallye du Bono. Ils voulaient tâter du coeff… ils voulaient des tapis roulants… ils voulaient rincer à l’eau douce horizontale leurs cirés rongés par le sel… et bien ils ont été servis !

Première organisation pour la nouvelle présidente de la SNLB Nolwenn Huet qui, bien épaulée par Fred Le Guen, passe l’examen haut la main avec les félicitations du jury. La bonne humeur et le plaisir de se retrouver auront gommé les quelques points d’amélioration soulevés par les deux partis, et une belle écoute réciproque permettra n’en doutons pas que les prochaines éditions n’en soient que plus belles !

Trois jours de régates donc, sous le soleil (ou presque), pendant lesquels Jean-Louis nous fît revisiter le Golfe, ses îles, ses courants, ses paysages magnifiques qui mettent des étoiles dans les yeux d’enfants que nous sommes tous restés. Même la délégation de Gilets Jaunes emmenés par ce diable de Guy au briefing du samedi matin ne parvînt à troubler l’ambiance conviviale et détendue de ce paquet de marins…

Des manches très disputées, des départs embouteillés, du vent, des spis, du soleil… et des soirées entre amis. Autant vous dire que ceux qui ont eu le plaisir de participer à cette régate en repartent avec de jolis souvenirs. Notre ami Erwan Gourdon s’adjuge la première place (encore), et votre dévoué Président se contente poliment pour son premier mandat de la cuillère de bois (pour dissiper tout soupçon d’abus de pouvoir)… Mention spéciale à l’équipage de Baratapas qui repart avec son diplôme de « 50m nage libre dans le courant sous spi à l’abattée », mais dont la magnifique 3ème place fera taire les plus moqueurs. Cette course était également l’occasion d’accueillir chaleureusement notre sympathique nouvel adhérent Mathieu Coville et son épouse Christine, qui ont fait mieux que figurer sur leur fraîchement acquis Davaï (FRA 72).

J’aime à souligner pour finir qu’une fois n’est pas coutume, l’ambiance sur l’eau fût virile mais correcte, les cas litigieux n’ayant donné lieu qu’à de cordiales explications à terre, sans plus. Ce bel esprit jusqu’au bout nous permis de gruter les plus éloignés d’entre vous le samedi après-midi, petite attention parfois absente mais toujours appréciée.

Pour finir, merci et bravo à toute l’équipe des bénévoles de la SNLB que nous fîmes nos invités au restaurant le jeudi, au grutier Marc que votre association chérie rémunéra pour vous permettre de mettre vos bébés à l’eau sans surcoût, et au Bureau pour l’organisation de cet évènement qui nous tient tant à cœur !

Prochain rendez-vous au Crouesty pour le Grand-Prix éponyme, avant le National à la Trinité les 11, 12 et 13 juillet.

Pour le Bureau, LdR.

Inscriptions et cotisations pour 2019

Chers amis,

Avec un peu de retard, les inscriptions au club M750 pour l’année 2019 sont ouvertes.

En cotisant cette année pour vous et vos équipiers, vous pourrez participer à la vie du club pour la saison à venir, et prendre part aux nombreuses régates que nous avons programmées pour la saison.

Cotiser est un acte indispensable pour permettre au club de fonctionner et d’animer les régates, ainsi que pour voter aux assemblées générales et décider du futur de la flotte. En outre, l’inscription au club est obligatoire pour les skippers comme pour les équipiers pour participer aux régates de l’année !

Alors, téléchargez sans plus tarder le bulletin d’inscription à l’association pour la saison 2019, et :

  • Le mieux : envoyez vos informations par mail au trésorier <valentin[chez]melot[point]tf> et cotisez par virement sur le compte de l’association (IBAN : FR76 3002 7160 3700 0207 0010 119).
  • Sinon : imprimez et remplissez le bulletin, et envoyez-le avec votre cotisation par chèque ou, à défaut, par liquide, au trésorier.

Nous espérons vous voir nombreux pour la régate d’ouverture au cercle de la voile de Paris les 27 et 28 avril 2019.

À très bientôt !

Le bureau du club M750 : Loïc, Sylvie, Valentin, Éric, Stéphane et Alain

Le Bono aura lieu les …

Merci à tous d’avoir répondu au sondage pour les dates du Bono.
Bien entendu, comme dans tout choix, certains seront contents, d’autres déçus…
Suite à vos réponses, avec l’accord du CNLB, le Bono 2019 se tiendra du jeudi 9 au samedi 11 mai 2019. Nous peaufinons le programme avec l’organisation et vous le communiquerons avant la fin du mois de mars.

La régate du Bono 2019

Cette année la régate du Bono est positionnée sur un grand pont, entre le mercredi 8 mai et le dimanche 12 mai!

Faut-il rester sur un long week end traditionnel du vendredi au dimanche, quitte à partir à pas d’heure pour éviter de prendre un jour de congés de plus et rentrer tard le dimanche soir?

Vaut-il mieux caler la régate sur les jeudi vendredi et samedi pour permettre aux plus éloignés de profiter du mercredi férié et du dimanche pour faire la route?

Ou bien, une fois n’est pas coutume, retrouvons nous le mercredi, jeudi et vendredi : on n’arrivera pas plus frais que le vendredi, mais au moins, on pourra être en famille en Bretagne ou ailleurs durant le week end qui suit, même si ça fait poser 2 jours de congé…

Tel est notre dilemme du moment!

Le mieux c’est que vous nous faisiez part de vos disponibilités. Notre objectif est que cette magnifique étape de notre calendrier soit rassembleuse et toujours aussi conviviale.

Merci de nous répondre au travers de cette sondage en ligne : https://goo.gl/forms/AVgpSGM8i3MhAa3F3

A très bientôt les amis!