En passant

Sondage régates Q3

Réponse souhaitée avant le 15 Mai

Nous vous soumettons le questionnaire suivant afin de nous permettre d’organiser au mieux les prochaines régates.
Le sondage s’adresse plus particulièrement aux propriétaires et skippers puisqu’il s’agit de comptabiliser le nombre de bateaux susceptible de s’inscrire.
Que les équipiers habituels n’hésitent pas à discuter avec leurs skippers préférés pour les motiver à s’inscrire! plus nous serons nombreux, plus la fête sera belle!

https://forms.gle/As3RJTnYvApAesxv6

La dernière question permettra de nous communiquer toute information liée ou non aux régates (changement de coordonnées, questions, avis, suggestions, …)

Pour tout autre demande, nous sommes joignable toute l’année à l’adresse : contact@monotype750.org

A très bientôt !

Le Club M750

Share This:

Première régate virtuelle du CVP

Le premier Challenge Virtuel du CVP vient de se dérouler. C’était l’occasion de faire courir le Trophée de Paris des M750 et de rassembler les troupes en ce dimanche 26 avril. En plus des participants en M750, 8 membres du CVP se sont alignés sur la ligne de départ. Côté M750, 16 participants étaient aux rendez vous.
Les manches ont été âprement disputées et aucune réclamation n’a été déposée au jury après les courses 🙂

Continuer la lecture de Première régate virtuelle du CVP

Share This:

Ces 3 enseignements clés de la Régate et des phases de Pétole pour traverser une crise comme le COVID

Il y a un moment particulier en régate que connaissent bien tous les marins et régatiers chevronnés, c’est les phases de pétole. Soudain le vent tombe sur le plan d’eau. Plus rien, les voiles battent par manque de vent et les spis se dégonflent. Le grand calme, le grand blanc, la molle, la grande incertitude …

Ces phases surviennent le plus souvent entre la confrontation de deux régimes de vent. Même si elles peuvent durer, ces phases sont provisoires et le vent finit toujours par revenir.

C’est en général dans cette phase là que tout se joue car ce sont des phases de transition.

Continuer la lecture de Ces 3 enseignements clés de la Régate et des phases de Pétole pour traverser une crise comme le COVID

Share This:

Compte-rendu de la régate d’ouverture au CVP

Décidément, le CVP est le club où les éléments se déchaînent !

Mais pour une fois, il n’était pas question de crues ce weekend :
faisant mentir les légendes les plus coriaces, c’est un coup de vent sur Les Mureaux qui a eu raison de la première journée de la régate d’ouverture.

Après une matinée de manutentions — donnant l’occasion à Éric de jouer à l’acrobate sur une échelle vermoulue pour aller réparer la grue — et de grutages, le déjeuner fut agréable face à la Seine par près de vingt nœuds établis et quelques rafales. La Seine était blanche d’écume.

Décidément, le CVP est le club où les éléments se déchaînent !

Mais pour une fois, il n’était pas question de crues ce weekend :
faisant mentir les légendes les plus coriaces, c’est un coup de vent sur Les Mureaux qui a eu raison de la première journée de la régate d’ouverture.

Après une matinée de manutentions — donnant l’occasion à Éric de jouer à l’acrobate sur une échelle vermoulue pour aller réparer la grue — et de grutages, le déjeuner fut agréable face à la Seine par près de vingt nœuds établis et quelques rafales. La Seine était blanche d’écume.

Malgré la période de congés scolaire, nous étions six M750 sur l’eau, prenant la mesure du vent en attendant le départ. Une péniche passe. Une rafale à vingt-cinq nœuds. Une deuxième péniche, une deuxième rafale à trente-cinq…
Et sans prévenir, un coup de vent de quarante à quarante-cinq nœuds balaye le plan d’eau, couchant les navires, les plaquant sur les berges, jetant les équipages à l’eau, déchirant les voiles…
Le célèbre trophée de la Grenouille du CVP glorifiant les trempettes a fait carton plein!

Aucun blessé à déplorer, heureusement, et peu de casse – du moins, rien qui n’empêchera de reprendre le départ. Mais pour le samedi, c’est cuit : les grains s’enchaînent, les rafales à plus de trente nœuds se succèdent, et rien n’augure de meilleurs résultats si les navires reprenaient le départ.
Le moment est venu de profiter du club house qui fait le charme unique du CVP, en espérant la clémence d’Éole pour le lendemain…

Vœu exaucé, car le lendemain matin, le soleil se lève sur un plan d’eau toujours un peu agité, mais sans rafale dépassant les vingt nœuds. Les petits déjeuners pris face à la Seine ont un goût particulier.
Voilà donc cinq M750 en lice, accompagnés d’un soling et d’un flying fifteen. Les manches sont brèves — vingt-cinq minutes — et très intenses ; les parcours courts — un tour — ; les collisions un peu trop nombreuses mais sans gravité majeure pour l’essentiel ; les pénalités tout autant grâce à un arbitrage sur l’eau très assidu ; et les cartes
sont rebattues à chaque départ.

Exception faite d’une manche, la supériorité de Patrick-Jacques
Giraud sur Winward (FRA55) est incontestée, et celui-ci signe cinq
places de premier ! Derrière lui, Thierry Melot sur Pardoun Mud (FRA54),
Guillaume de Matharel sur Lucky Luke (FRA73), Éric Pouillaude sur
Groquick (FRA19) et Christophe Hinfray sur Infréquentable (FRA77) n’ayant malheureusement pas pu courir toutes les manches. Yves Davaine, un peu refroidi par la météo, n’a finalement pas pris le départ dimanche.

Bilan : malgré quelques frayeurs et la déception de n’avoir pas pu
courir le samedi, la succession de six manches le dimanche et le cadre toujours aussi agréable du CVP ont amplement compensé, faisant de ce championnat une bien belle ouverture pour la saison.

Valentin Melot

Share This: