Coupe des châtaignes – la liste des participants s’allonge

logo_sno

La coupe des châtaignes s’annonce très bien en cette fin du mois de septembre. Pas moins de 10 bateaux sont attendus pour le weekend du 12 et 13 octobre au SNO. Mais il reste encore des places et il n’est pas trop tard pour boucler votre inscription.

Pour rejoindre cette belle équipe, contactez nous à l’adresse suivante: contact@monotype750.org.

Le samedi soir, un barbecue est organisé avec les autres série. Merci aux participants de confirmer le nombre de couverts à prévoir.

Si vous ne courrez pas mais que vous vous promenez dans le coin du SNO le WE du 12 et 13 octobre et que vous voulez tout simplement aller admirer les magnifiques Monotypes 7m50 sur un plan d’eau somptueux, alors passez nous voir!

BATEAU PRENOM NOM
FRA 35 ALCATORDA Jacques LEBLAIS
FRA 42 TUSCAN Alain POIRIER
FRA 55 GARANCE Jean-Philippe HAAG
FRA 61 ARISTA Christian VERNET
FRA 66 IOA Jean Yves COUE
FRA 70 CALLISTO Gilles BRETECHE
FRA 81 GALATEE  Pierre-Antoine CASTEL
FRA 84 JABADAO Paul-Stéphane MANIER
FRA 92 COCO TAHI Guy PRONIER
FRA 94 APPLE MOI Paul VANDAME
FRA 99 COYOTE Jérôme LEDOYEN

Rendez-vous sur l’Erdre les 12 et 13 octobre 2013.

Guy PRONIER

Monotype 7m50 – récit d’une genèse par Gilles Bretéché

GILLES BRETECHELes animateurs de notre association, Jean Denis et Guy, m’ont proposé d’écrire quelques lignes sur la naissance de votre bateau. Comme c’est au départ une histoire très personnelle, j’ai sur le moment, quelques scrupules à vous en imposer le récit. Mais puisque l’ai promis…

En ce 5 novembre 1985, les cloches sonnent en l’église Saint Paul de Rezé pour célébrer de jeunes mariés. Et notre affaire commence là…

Je souhaitais réaliser un joli quillard pour initier à la voile la femme que je venais d’épouser. Le geste fut amoureux et chaque ligne tracée, une émotion. A l’époque la conception par ordinateur n’en était pas là où nous la connaissons aujourd’hui. Et quand bien même, je n’aurais sû confier mes rêves autrement que sur le papier, comme on adresse une lettre d’amour.

C’est donc fin 1985 que j’ai tracé les premières esquisses du bateau qui deviendra deux ans plus tard le Monotype 7,50 m.

Dans la conception de notre bateau, et au-delà d’un marqueur esthétique prioritaire, je poursuivais trois idées : la première, une embarcation sûre et capable de procurer des sensations très directes, proches de celles d’un dériveur (il s’agissait d’initier à la finesse de la barre et des réglages). La seconde, une simplicité de mise en œuvre et d’utilisation aussi intuitives que possible (il s’agissait de ne point rebuter à l’action). Par exemple, avoir un œil immédiat sur les tenants et aboutissants des manœuvres… La troisième plus technique, démontrer qu’une carène étroite peut offrir de merveilleuses sensations aux allures portantes …

La première esquisse comportait une étrave en cuillère qui induisait des formes avant très frégatées, dont l’esthétique m’a toujours régalé. Je m’en étais inspiré d’un 5,50 Mji dessiné par Fay et repéré quelques temps auparavant à la Nautique de Genève. Le pont strictement plat et le rond de chute du tableau arrière étaient inspirés par un autre 5,50 Mji, Janaël, un plan Briton Chance, celui de mon père, construit chez l’orfèvre Herman Egger en Suisse et avec lequel il défendit les couleurs de la France aux Jeux Olympiques en 1968 à Accapulco. Je n’étais pas vieux à l’époque mais les quelques sorties auxquelles j’us droit restent gravées dans ma mémoire. J’ai passé des heures à le dévorer des yeux. C’était un « classique » parfait. La passion des bateaux m’est née à ce moment. J’avais 10 ans. J’ai pleuré qu’il fut vendu.

Esquisse Monotype 750 décembre 1985

La première épure dont je rêvais pour Sylvie, devait être réalisée en bois moulé vernis soulignée d’une ligne de gouge et de flèches dorées à l’or fin… Fermez les yeux et imaginez… Elle était dotée d’un cockpit autovideur car l’exercice du seau ou de la pompe pour le maintient à flot me semblait susceptible de ternir le charme de nos futures navigations. Même les équipages des 12 Mji s’étaient émancipés et avaient déserté les fonds de cales pour le grand air.

Si vous avez remarqué le nombre de références aux illustres séries métriques qui constituaient pour moi des archétypes en termes d’esthétique et d’exclusivité, je voulais pour les œuvres vives, autre chose et très radicalement. Du léger, du vivant, du réactif, du planant ! Et qui s’exprime dans les temps modérés qui font l’essentiel de nos sorties, conditions dont ma Muse s’accommoderait plus volontiers que d’un temps de chien…

Des sections rondes, une surface mouillée minimum, une ligne de quille tendue … J’ai passé des heures à sucer mon crayon tout en rendant visite régulièrement à Philippe Harlé qui fut un merveilleux parrain dans ma formation d’architecte et qui s’inspira plus tard de mes travaux pour ma plus grande fierté. Mais ceci est une autre (belle et trop courte) histoire.

Esquisse Monotype 750 élévation décembre 1985

Ah, vous avez remarqué une quille « moderne » constituée initialement d’un voile d’acier caréné et d’un bulbe, le tout à 1,50 m de la surface ! Un foc autovireur, et un gréement poussant ou j’hésitais encore sur la présence des bastaques. Un mat encore emplanté… Un plan de voilure dans sa version quasi définitive que vous connaissez aujourd’hui …

De cette épure naquit le « Projet Galatée ». Un bref retour vers l’antiquité grecque pour vous en donner la clef : Pygmalion ayant sculpté une œuvre si belle à ses yeux –Galatée-, il implora les dieux de lui donner vie. Aphrodite l’exhaussa. J’espérais l’être aussi et s’il en fut ainsi, ce fut moins grâce aux dieux que parce que de bons amis et famille se penchèrent avec amitié sur ma farouche volonté d’aboutir.

Comment construire un bateau quand on est à peine installé dans la vie ? A question brûlante, réponse impérative. Il me vint à l’idée que je pourrais partager (un peu) de cette genèse avec d’autres. Pourquoi ne pas créer une série à partir de mes épures ? Des professionnel se penchèrent sur le projet et me suggérèrent d’approfondir ce qui allait devenir un vrai cahier des charges. De grands chantiers et de plus petits se penchèrent sur l’opportunité de réaliser le bateau qui au fur et à mesure prit la forme du Monotype 7,50 m tel que vous le connaissez.

Je fus amené à faire deux modifications importantes : L’une concernait l’étrave en cuillère, jugée trop clivante par nombre de spécialistes et amateurs. J’ai mis des heures à dessiner l’étrave définitive du bateau doté de cet arrondi très subtil qui la rend élégante. La seconde touchait le tirant d’eau du bateau jugé trop important (à raison) pour la navigation en eaux intérieures. L’histoire de la forme de la quille qui fait toujours couler un peu de salive méritera peut-être d’être racontée plus tard.

PLAN DE FORME - MONOTYPE 750

Puisque pour finir les bonnes intentions des chantiers s’étiolaient, et sous peine de voir ce projet voué aux calendes grecques, il advint bientôt le temps de lancer moi-même une entreprise nommée Yachting Sports (28 novembre 1986) qui avait pour vocation de commercialiser et faire partager ma passion pour ce beau bateau qui serait baptisé Monotype 7,50 m, pour rappeler un peu les séries métriques qui l’avaient inspiré.

Je vous conterai plus tard le lancement du premier bateau issu du talent de mon ami et regretté Gil Carmagnani et la naissance de l’association des propriétaires, qui maintient la flamme des amoureux de notre bateau. Et quelques moments uniques dans la commercialisation des bateaux avec Guy qui valent leur pesant. Notre bateau c’est 100 % de passion et autant d’amitié.

A suivre, si vous le voulez.

Gilles Bretéché

PS : Sylvie a adopté immédiatement cet enfant encombrant avec toutes ses voiles, son armement qui remplit (modestement) les communs de la maison. Comme espéré elle a appris à naviguer à bord, elle aime la régate, son ambiance et ses rencontres. A bord, elle est aux petits soins du N° 1 qui se multiplie, se porte au rappel sans discuter et tempère les ardeurs de celui qui à la barre fait de son mieux pour qu’elle soit fière de lui autant qu’il l’est d’elle comme au premier jour.

Coupe des châtaignes – 12 et 13 octobre 2013

Les 12 et 13 Octobre se déroulera au SNO la dernière épreuve de notre saison : La coupe des châtaignes.
SNO1

Programme :
Samedi

9h 12h accueil des concurrents , mise a l’eau
12h 14h Pic nique  au club
14h 17h30 1 à 3 manches
19h30 Apéro + barbecue au club (Uniquement pour les monotypes 7.5)

Dimanche

9h30 12h 1 à 3 Manches
12h 14h Pic nique au club
14h 16h30 1 à 3 manches
16h30 17h30 Grutages
17h30 Remise des prix

A ce jour, 7 bateaux ont déjà fait part de leur souhait de participer, mais il reste encore des places. Alors rejoignez-nous au SNO

BATEAU PRENOM NOM
FRA 94 APPLE MOI Paul VANDAME
FRA 70 CALLISTO Gilles BRETECHE
FRA 92 COCO TAHI Guy PRONIER
FRA 42 TUSCAN Alain POIRIER
FRA 84 JABADAO Paul-Stéphane MANIER
FRA 81 GALATEE  Pierre-Antoine CASTEL
FRA 61 ARISTA Christian VERNET

Un dîner des équipages est organisé le samedi soir. Merci de confirmer au plus tôt le nombre de personnes présentes  (PAF 15€) par équipage auprès de Guy PRONIER.

S’il vous manque des équipiers : appelez moi !…….

Je tiens a disposition ainsi que le club  des équipiers vous permettant de compléter au besoin votre équipage. Par politesse pour eux , prévenez moi avant le 1er Octobre.

Pour de plus amples informations sur le club :
www.snonantes.com

Pour vous loger

A pied
Hotel best western du manoir de la régate
3*** et 67 e a travers booking

Résidence du Fournil : la plus proche
http://www.residencedufournil.fr/
Tél : 06 07 71 32 56

Pour une recherche plus large
http://www.booking.com

L’écrin vert :
http://www.lecrinvertdesucesurerdre.com/
Tél : 06 81 15 70 45

Les arbres rouges :
http://www.lesarbresrouges.com/maison_accueil.php
Tél : 02 51 81 15 00

Park and Suites :
http://www.parkandsuites.com/fr/appart-hotel-nantes-carquefou.php
Tél : 02 28 23 07 34

Pour me contacter

Guy PRONIER
Guy.pronier@neuf.fr
06.07.65.65.67